Quelle SCPI présentant le meilleur taux de rendement faut-il choisir en 2020 ?

 

Chaque français cherche à épargner un peu. Cela peut être pour pouvoir se faire plaisir, dans quelques années, avec un voyage autour du monde, payer les études des enfants ou encore améliorer sa retraite. Encore faut-il, pour cela, trouver un bon placement. Les livrets A, s’ils ont été plein de promesses, à une certaine époque, présentent désormais un taux de rendement très faible (ils sont passés à 0.50% en février dernier). Encore confidentielles pour les non-initiés, les SCPI tirent leur épingle du jeu, dans le monde de l’épargne. Focus.

Quel taux de rendement faut-il espérer de cet investissement ?

Le taux de rendement n’est pas fixe avec les SCPI. Il évolue même tous les ans ; ce qui permet de les classer pour vous proposer les meilleures SCPI, d’année en année, comme nous allons le faire à la fin de ce guide.

Leurs actifs, les zones géographiques dans lesquelles elles investissent, les secteurs visés (professionnel, résidentiel, hôtelier), peuvent jouer sur le taux de rendement.

Bien entendu, leur réputation et leurs années d’expérience jouent également un rôle dans ce pourcentage.

Le taux de rendement moyen pour une SCPI est aux alentours des 4.40%. Un pourcentage qui peut déjà faire sourire chaque investisseur français, par rapport aux autres moyens d’épargne, qui lui traditionnellement proposés.

Mais vous pouvez aussi trouver des SCPI qui vont offrir un taux de rendement supérieur à 7% !

Meilleur taux de rendement : dans quelles SCPI faut-il investir en 2020 et pourquoi ?

Même s’il est compliqué d’obtenir un agrément auprès de l’AMF, cela n’est pas impossible. Vous avez ainsi 180 SCPI sur le marché actuellement. Toutes ne se valent pas, même si elles génèrent toutes des bénéfices importants, avec le montant des loyers récoltés.

Quelles sont celles dans lesquelles il est intéressant d’investir en 2020 ?

Perial Asset Management :

Il s’agit d’une pionnière dans le monde des sociétés de gestion et des SCPI, puisqu’elle a été créée en 1966. Cette société gère 3 SCPI fonctionnant toutes de façon différente. L’une préfère les locaux des grandes métropoles françaises, mais elle ne s’arrête pas là et s’attaque aussi à des grandes villes européennes qui ont le vent en poupe.

Une autre vise les résidences étudiantes et les établissements hôteliers. Une stratégie apparemment payante puisque cette société de gestion gère 4.3 milliards d’euros d’actifs.

Corum XL :

Il n’a pas fallu longtemps à Corum XL pour trouver sa place, Sa force : ne pas faire comme ses consœurs et sortir des limites du territoire. La zone euro ne lui suffit pas et elle n’hésite pas à parcourir le monde pour trouver des actifs immobiliers qualitatifs. Le taux de rentabilité est ici de presque 8%.

Activimmo :

nouvelle venue, cette SCPI a trouvé comme cheval de bataille les entrepôts logistiques, aux abords des grandes métropoles françaises. Avec l’omniprésence de la vente en ligne, la démarche semble logique : il faut bien trouver des endroits où stocker la marchandise. Avec un taux de rendement attendu de 6% ; elle séduit de nombreux investisseurs.

Novapierre Allemagne 2 :

L’Allemagne est la première économie d’Europe. De quoi nous mettre la puce à l’oreille. L’investissement dans cette SCPI garantit presque 16% d’impôts forfaitaire sur les revenus fonciers, entre autres. Une SCPI qui peut donc intéresser les personnes cherchant une épargne défiscalisante.

Epargne Pierre :

Avec un taux d’occupation de 96%, cette SCPI ne cesse de faire parler d’elle. Discrète, elle propose un taux de rendement très intéressant de 5.97%. Elle paie au trimestre, mais les investisseurs ne s’y trompent pas. Chaque année, de nouveaux épargnants viennent grossir les rangs de cette SCPI française.

Corum Origin :

Cette SCPI est un peu plus exigeante quant à  l’accès à l’investissement (1090 € minimum). Mais avec un rendement qui excède les 7.28%, on est bien loin du livret A.

Que ce soit au niveau du secteur d’activité ou des zones géographiques, c’est la diversification qui la fait vibrer. Et cela lui réussit. C’est une des meilleures SCPI actuelles.

Pierval Santé :

vous l’aurez compris, la stratégie de cette SCPI est d’investir dans de l’immobilier sanitaire. Une excellente idée qui lui vaut de voir sa collecte grimper de façon sensible d’une année à l’autre. Avec un taux de rendement, certes, moins fort que celui de Corum, avec ses 5.05%, on peut dire qu’elle brille par sa stabilité ; ce qui est une réassurance pour l’épargnant.

D’autres SCPI gagnent à être connues, car promettant un taux de rendement vraiment attractif. N’hésitez pas à demander conseil, si vous hésitez à investir. Comme nous venons de le voir, certaines SCPI exigent un investissement un peu plus conséquent, alors que d’autres peuvent permettre d’acheter des parts avec à peine 189€.

Cette disparité doit pourtant être vue comme une force, car cela permet à de nombreux épargnants de tenter l’aventure, avec à la clé, un complément de revenus ou une épargne pour les vieux jours, à ne pas négliger.

Rappel: En quoi consiste une SCPI ?

Le principe de la SCPI n’est pas nouveau, puisqu’on commence à parler d’elles à partir des années 60. Relativement confidentielle ; car peu de sociétés de gestion obtiennent l’agrément de l’AMF (voir plus bas) ; cette épargne tend à se tailler la part du lion auprès des particuliers depuis une dizaine d’années, environ, avec un succès qui ne se dément pas. Intéressé(e) ?

Sous l’acronyme de SCPI se cache en fait les vocables suivants : Société Civile de Placement Immobilier. Des sociétés de gestion spécialisées gèrent, pour les particuliers investisseurs, des immeubles, bureaux,  parcs immobiliers résidentiels et autres entrepôts, qui sont mis à la location auprès de professionnels ou de particuliers.

Ces bâtisses sont choisies par les Sociétés Civiles de Placement Immobilier en fonction de leur zone géographique, mais aussi de la demande qui existe sur ce type de biens. Ce sont toujours des biens immobiliers qualitatifs qui vont pouvoir générer des loyers relativement conséquents.

Des locaux, souvent, peuvent représenter l’image d’une entreprise. C’est pourquoi de nombreuses enseignes reconnues n’hésitent pas à louer ce type de bâtiments pour y installer leur activité.

Quant aux résidences (pour particuliers lambda ou étudiants), elles se situent souvent dans des zones géographiques attractives, en France, mais aussi dans des pays faisant partie de l’Europe (mais cela n’est pas commun à toutes les SCPI). Elles peuvent aussi représenter un potentiel énorme de revalorisation.

Les sociétés de gestion se chargent de trouver, acheter et mettre en location ces immeubles privés ou locaux professionnels. Elles en assurent également l’entretien et les travaux, s’il y a lieu d’en effectuer. Loyer, charges, elles se chargent de tout.

L’épargnant n’a qu’à acheter des parts ; donc investir dans ce parc immobilier ; en fonction de ses possibilités, par le biais de la SCPI.

Chaque trimestre (ou mensuellement, selon le type de fonctionnement de la société de gestion), les investisseurs qui ont acheté des parts, reçoivent, sous forme de pourcentage, des loyers nets.

Existe-t-il plusieurs sortes de SCPI ?

Il existe plusieurs formes de SCPI, même si le fonctionnement de base reste le même pour chacune d’entre elles : l’investissement immobilier locatif.

Elles suivent une stratégie patrimoniale propre et l’épargnant peut donc choisir celle qui lui correspond le plus, en fonction de ses attentes en matière d’épargne. Au niveau de la fiscalité, celle-ci peut différer en fonction du type de SCPI qui sera plébiscité.

On trouve ainsi :

La SCPI de rendement :

Une SCPI de rendement va investir dans des immeubles, locaux, entrepôts qui nécessitent l’établissement d’un bail commercial. Un bail classique est à destination d’un particulier, avec quelquefois, pour le propriétaire, de mauvaises surprises, si le locataire est un mauvais payeur. Les baux commerciaux offrent plus de garantie vis-à-vis du versement du loyer mensuel, car signés par des entreprises.

Le document du bail commercial, en lui-même, offre plus de protection au propriétaire (et donc indirectement, à l’investisseur), qui est certain, même en passant par des voies légales, de toucher son argent, en cas de problème financier touchant le locataire.

La SCPI fiscale :

La SCPI fiscale permet à l’épargnant d’investir dans des biens immobiliers qui peuvent non seulement générer de l’épargne, mais aussi être défiscalisants. Investir dans des appartements neufs, par exemple, grâce à la loi Pinel, peut se faire, par le biais d’une SCIP fiscale.

Si vous préférez investir dans des biens plus anciens, car susceptibles d’être rénovés et donc revalorisés, vous opterez pour les SCPI Malraux, par exemple.

La SCPI de plus-value :

Cette SCPI vise, quant à elle les parcs immobiliers résidentiels. Grâce à la loi de 1948, certains locataires sont privilégiés avec des loyers très attractifs qui ne subissent que peu de hausse et ne s’alignent pas sur les taux du marché immobilier. Ils peuvent donc subir une très forte revalorisation, dans quelques années.

Ce type de SCPI achète également des résidences étudiantes, par exemple, dans des métropoles à fort développement économique.

Qui peut investir dans une SCPI ?

L’investissement immobilier peut faire un peu peur. N’est-il pas nécessaire d’avoir de gros moyens financiers, pour acheter des parts de SCPI ? Eh bien, non, et c’est justement la force de ce placement. Il n’est pas élitiste et permet à tous les français de se constituer une épargne.

Il suffit en effet souvent de moins de 200 euros pour acheter une part de SCPI. Il est évident que plus vous investissez, plus vous recevez une part importante de loyers ; ceux-ci étant au prorata de l’investissement.

Vous pouvez, si vous voulez opter pour cette épargne à fort rendement, investir en direct, souscrire un crédit, investir en démembrement ou par le biais d’une assurance vie.

Les SCPI sont-elles sûres ?

Aucun placement n’est sûr à 100%. La dématérialisation de l’argent, les placements boursiers sont générateurs de stress chez les épargnants. Ces derniers veulent du concret. Quoi de mieux que la pierre, dans ce cas ?

Car s’il est une chose que vous entendrez toujours, c’est qu’investir dans la pierre est toujours un excellent moyen d’épargne. Pourquoi ? Parce qu’il y aura toujours de la demande dans ce domaine. Bien sûr, la valeur d’un placement peut changer, c’est évident, mais le fait d’investir dans plusieurs biens réduit les risques.

Le monde entrepreneurial se développe toujours, même en dépit des difficultés économiques (et parfois même, à cause d’elles !). Il y aura donc toujours des sociétés qui rechercheront des biens locatifs pour installer leur entreprise et développer leur activité.

De même que chaque personne (et il s’agit ici d’un droit fondamental) a le droit d’espérer un logement pour établir sa famille ou même étudier !

Certaines zones géographiques peinent à répondre à la demande, dans ce domaine. C’est pourquoi les SCPI sont quelquefois une réponse à un besoin.

En plus, le fait d’investir dans une SCPI et donc, par rebond, dans un parc immobilier, plutôt que dans un seul bien, avec d’autres épargnants, mutualise les risques et donc, les minimise.

L’investissement en pierre papier ; autre appellation pour l’épargne sous-tendant d’acquérir un bien immobilier ; est donc relativement sûr.

Il faut également préciser que les SCPI ne peuvent pas faire ce qu’elles veulent avec l’argent des particuliers qui investissent. Elles sont contrôlées régulièrement par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), avec un examen pointu de leurs bilans annuels etc…

Il faut d’ailleurs obtenir leur agrément pour devenir une société de gestion et créer une SCPI ; ce qui ne peut que rassurer l’épargnant.